Voussac au fil du Venant
Voussac au fil du Venant
Environnement
Voussac, l'église Saint-Martin
Voussac, le Monument aux Morts
Le château de la Motte-verger
jumelage avec Xanrey

Voussac honore ses Maires
Albert Bonneau écrivain
Hubert Gaulier poète
Marcel Fournier, peintre, navigateur au long cours
Les conseillers
Les commissions
Les délégations
Voussac CR conseils
publications
Voussac, Manifestations municiaples
Le C.C.A.S
Assainissement collectif - Note d'information
Les associations
Manifestations associations
Le Club des Aînés
La Gaule du Venant
L'Union Sportive Voussacoise
Association Gymnastique Monestier Target Voussac
A.F.N section de Voussac - anciens combattants
L'Amicale Laïque
Le Comité des fêtes
activité économique
Tourisme Hébergement
services au public
services au public
services au public
services au public
services au public
services au public
services au public
services au public
services au public
services au public
services au public
Lotissement communal
Voussac, la Salle Polyvalente
Voussac camping

services au public
Cérémonie Dédicaces du 6 juin 2014
Cérémonie Dédicaces du 6 juin 2014
Cérémonie Dédicaces du 6 juin 2014
Cérémonie Dédicaces du 6 juin 2014







Cérémonie Dédicaces du 6 juin 2014
Albert Bonneau écrivain
lien vers le conseil général de l'Allier
lien vers google maps voussac


lien vers google maps voussac

Albert Bonneau, écrivain

Les racines.

Albert Bonneau est né le 23 août 1898 à Moulins dans une famille de la bourgeoisie terrienne dont le berceau s'inscrit dans les communes de Voussac, Chantelle, Saint Pourçain.


Albert et sa sœur, Magdeleine, vont suivre leurs parents Léon Bonneau et Yvonne, née Fradier à Voussac, dans les périples professionnels qui les ont conduits à Moulins, puis Paris. Mais expatriée contrainte et forcée, toute la famille ne manquera jamais une occasion de revenir séjourner dans les maisons familiales de Voussac et Chantelle.


Les années et les successions vont restructurer les biens et les centres d'attraction.

Dans les années 50, Magdeleine la sœur d’Albert, et son mari, Jacques Hénaux, décident de quitter  Paris pour redonner vie à la vieille maison familiale de Voussac, à Beauron.


Quant à Albert, il hérite, lui, d'une propriété à Voussac, aux Chazeaux. Ce sera pour lui le début d’une nouvelle vie car, désormais, il y séjournera chaque été avec sa femme et ses filles, Odile et Marie Elisabeth.


Avec les allées et venues continuelles d'Odile et Marie Elisabeth entre ces deux maisons à portée de main, et les belles journées passées en famille ici ou là, ce havre Bourbonnais auquel il est si attaché, restera pour son plus grand bonheur, le cœur de la famille.


La jeunesse.

Albert commence ses études à Moulins, puis les poursuit à Paris, au lycée Carnot. Il passe brillamment son baccalauréat en 1917. Ce n'est pas si courant à l'époque.

Albert est avant tout littéraire et imaginatif. Il vit dans un monde merveilleux qu'il reconstruit jour après jour, chaque jour différemment.

Mais le destin est insaisissable. A l'âge de 15 ans, jouant au ballon dans la cour du lycée, il sera victime d’une mauvaise chute qui lui laissera pour toujours une claudication qui lui fera renoncer à ses rêves d'enfant. Il ne sera ni officier, ni explorateur, ni grand reporter...


C’est désormais par l’intermédiaire des nombreux personnages surgis de son imagination féconde qu’il voyagera et vivra des passions qu'il saura faire partager à ses lecteurs émerveillés.


A 20 ans, ayant compris depuis longtemps déjà qu’il ne prendrait jamais la suite de son père, il décide de se laisser aller à la vocation impérieuse de l’écriture qui l'habite depuis si longtemps.

Ses parents éprouvent bien quelque inquiétude en le voyant embrasser une carrière aussi aléatoire... mais, Dieu soit loué, le talent, son entregent lui mettront vite le pied à l'étrier.


La maturité.

Dès 1920,  Il collabore à plusieurs journaux régionaux du Centre et de 1920 à 1922, il livrera 25 nouvelles, contes et fantaisies sous différents pseudonymes.


Une particularité d'Albert Bonneau, ses nombreux pseudonymes. Au moins, la liste des lieux qui lui sont chers est-elle ainsi faite !

Il y aura Maurice de Moulins, Jean Voussac, Jacques Chambon… et quelques autres, dont « tante Elise » pour la rubrique sentimentale qu’il anime pendant un certain temps dans un magazine... Bien entendu les œuvres qu’il considère comme majeures seront publiées sous sa véritable identité.


En 1922, il entre comme rédacteur à la revue Commedia, puis à Ciné magazine organe fondateur de l’association des Amis du Cinéma.

De1923 à 1925, il publie plus de 250 articles documentaires, critiques, interviews.

Sa collaboration à Ciné magazine semble s’achever vers juillet-août 1927, époque à laquelle il se tourne vers le roman d’aventures. C'est "Nicolas la tempête, frère de la Côte" qui verra alors le jour aux éditions  Jules Tallandier.

C'est le début d'une collaboration auteur-éditeur, assise sur une confiance et une estime profondes, qui ne prendra fin qu'à la mort de l'auteur, et bien que ce dernier ait été dans l'incapacité de produire le moindre écrit durant les huit dernières années de sa vie !


En 1935, il épouse à Chambon sur Voueize Anne-Marie Madeleine Morel, fille d’un notaire de la cité. Il se fixe alors dans cette petite ville et s’installe dans les vieux murs de la grande maison familiale héritée de son père où il séjournait lorsque son grand père paternel y vivait.


Il mène une vie très stricte, écrivant tous les matins de 7H30 à 12H "tapant" son texte directement avec deux doigts sur la machine "Remington" qui ne le quittera jamais, laissant ensuite à sa mère, puis à son épouse, le soin de corriger le chapitre terminé.


L’après-midi est consacrée à la lecture après une promenade à pieds dans la campagne environnante. Il lit en moyenne deux livres par jour. Une fois par semaine, il accompagne sa femme à Montluçon et assiste à la séance de cinéma de l’après-midi dans l’un des deux cinémas de l’époque où il ne manque pas d’emmener ses filles lorsqu’l s’git de films de Disney, de comédies musicales ou bien de westerns pas trop violents.

Il participe à la vie locale et continue d’animer "le patronage", comme il le faisait avant son mariage lors de séjours dans la famille creusoise, en créant ou en faisant jouer de nombreuses pièces de théâtre dans le cadre de la kermesse annuelle ou de journées récréatives.

En 1956, la Société des gens de lettres lui décerne le prix Emile Richebourg pour l’ensemble de son œuvre. Elle l’accueillera en qualité de Sociétaire le 17 décembre 1957 au terme de 40 ans d'écriture.


En 1958, atteint d’une grave maladie, il doit s'installer à Chamalières, près de Clermont-ferrand, avec sa femme et ses deux filles afin de pouvoir être mieux suivi médicalement. Il ne reverra plus la maison des Chazeaux qui sera vendue pour financer l’achat de la maison de Chamalières. Il reviendra assez régulièrement à Chambon dans la famille de son épouse. C’est là qu’il s'éteindra le 24 janvier 1967, au terme de plusieurs années de souffrance !

  

Au grand désespoir de son père, Jujube rêve d'être détective quand il sera grand !

Par bonheur, l'occasion de mener une véritable enquête se présente pour lui avec le vol de la caisse dans la boulangerie paternelle !

Jujube qui a conduit ses propres investigations n'approuve pas les conclusions des gendarmes. En cachette, notre écolier va donc laisser de côté quelques-uns de ses devoirs et leçons pour conduire à son terme sa propre enquête... Nombreux seront les rebondissements !


Chaque chapitre a été illustré comme l'était l'édition originale afin de représenter les situations et les personnages. Lors de sa sortie, au cours d’une petite manifestation dans la cour de l’école, l'ouvrage a pu être dédicacé par les dessinatrices, Aurore Fritsch et Louise Guillaumin, ainsi que par la fille de l'auteur, Odile Bonneau, qui, en compagnie de Monsieur Laurent, alors directeur de l’école, a mené à bien ce projet.


Cette aventure a d'ores et déjà été répliquée à Chambon sur Voueize avec "les exilés de la Taïga".

Elle le sera de nouveau à Voussac le 6 juin avec la sortie du livre "Bastien le Chevrier" suivi de "Les voleurs de Silver Hill", histoires respectivement illustrées par les élèves des classes de CM1 et CM2 sous la direction d'une professeur des école, Cécile Bosc et, en solo, par Jean-Gabriel Fritsch, le frère d'Aurore.


La ville de Moulins a rendu un nouvel hommage à Albert Bonneau, en présence de Monsieur Pierre-André Périssol et des membres de son Conseil Municipal, avec l'apposition d'une plaque, l’année dernière, sur sa maison natale, boulevard de Courtais à Moulins.



La bibliographie "complète" est disponible sur demande à l'Assciation des Amis d'Albert Bonneau, 175 rue de Bourgogne, 03000 Moulins, tél 04 70 46 43 97 ou e-mail amis-albertbonneau@orange.fr.



On peut se procurer les ouvrages

 

            à la Librairie Le Moulin aux Lettres  à Moulins, tél 04 70 44 27 18,


              auprès des éditions Edilivre et publifrance,


            auprès des éditions Atelier Fol'fer, pour deux titres, "l'espionne du sud" et  "Vie et aventures de Buffalo Bill", préfacés par Alain Sanders, fervent admirateur d'Albert Bonneau.


Buffalo Bill, Bonneau, Alain Sanders,... ce qu'en dit la presse, La Montagne, France Culture, compilation AF.

  

interview Odile Bonneau
France culture

L'oeuvre.

Durant ses quarante années de vie active, Albert Bonneau a écrit de très nombreux ouvrages. Etablir une bibliographie exhaustive est impossible tant notre auteur fut prolifique. Sans doute plus de cinq cents ouvrages !


Une classification peut être avancée. Aujourd'hui, on parlerait de séries...


             Grandes Aventures et voyages excentriques

             Aventures du Far West

             Romans de cape et d’épée,

             Roman d’aventures lointaines

             Romans d’aventures historiques

             Histoires pour la jeunesse

             Aventures de Catamount chez Tallandier

             Voyages et Aventures chez Férenczi

             Romans policiers

             Romans sentimentaux


Son personnage le plus connu est "Catamount ", l‘homme aux yeux clairs, avec un peu plus de 70 aventures !


Catamount signifie "chat sauvage" en Mohican.  Il a été très populaire auprès des adolescents de l’époque.

Hors-la-loi repenti, Catamount est devenu le défenseur de la veuve, de l’orphelin et des opprimés.

Catamount est sans doute le personnage et le thème préférés d'Albert Bonneau. Ne disait-il point à Odile qu'elle avait un petit frère, Catamount !


Au delà de la pureté de son style et de la fertilité de son imagination, Albert Bonneau est un auteur respectueux d'une éthique qui en fait un auteur particulièrement recommandable pour les jeunes, qu'il s'agisse de la qualité du discours ou de la noblesse des sentiments !


Dans bon nombre de ses ouvrages, l'action se passe aux Etats-Unis où il rêvait d’aller. Pourtant, à son grand regret, Albert Bonneau n’a jamais voyagé. C’est grâce à sa passion pour l’histoire et la géographie ainsi qu’à ses nombreuses lectures qu’il a pu écrire d'une manière aussi parfaitement documentée.


Aujourd'hui, Albert Bonneau fait partie de cette cohorte d'auteurs ayant connu leur heure de gloire, capables de vivre de leur art, souvent même, membres de l'Académie française, voire prix Nobel de littérature, et cependant oubliés, rangés "durablement" dans les bibliothèques...

Albert Bonneau, comme tant d'autres, avec sa vocation particulièrement éducative ne mérite pas cet outrage du temps !



Le renouveau.

Un certain nombre des admirateurs de cet auteur déploraient que leurs enfants et petits enfants soient privés des lectures qui les avaient tant passionnés. En effet, seuls quelques érudits, pédagogues ou anciens lecteurs passionnés continuaient de s’intéresser à cet auteur.

L'un de ces admirateur se nomme Marcel Chameau.

C'est grâce à l’obstination de celui-ci que fut organisé un centenaire de la naissance d'Albert Bonneau à Moulins.


A la suite de cette manifestation, Alain Robert alors maire de Voussac et la bibliothèque de Chambon sur Voueize ont organisé  à Voussac et à Chambon deux expositions qui ont remis à l’honneur Albert Bonneau.


Tout en serait resté là si, toujours aussi obstiné, Marcel Chameau n’avait obtenu de Pierre-André Périssol, maire de Moulins, l’attribution du nom d’Albert Bonneau à une des rues de sa ville. C’est à cette occasion qu’Odile, la fille aînée d’Albert Bonneau, plus libre de son temps car fraîchement retraitée a accepté de se lancer dans l’aventure de la réédition de certains livres de son père.


Un seul ouvrage, «Le Capitaine Providence», devait alors être réédité mais du fait du grand plaisir éprouvé par François Guilmoto, PDG des éditions Edilivre, à la découverte de cet auteur, le projet prit de l'ampleur.


22 ouvrages ont maintenant été réédités, représentatifs des différents genres littéraires de l’œuvre d'Albert Bonneau qui est ainsi progressivement remise en lumière.


Qui plus est, quatre histoires pour la jeunesse écrites par Albert Bonneau ont été illustrés par les enfants de l’école Albert Bonneau de Voussac et par les classes CM1 et CM2 de l’école de Chambon sur Voueize...

Cette initiative paraît particulièrement heureuse tant l'apprentissage de la lecture exige durée, approfondissement...

Le plus sûr moyen de réussir ce pari toujours ambitieux n'est-il pas de permettre aux enfants de lire avec plaisir.


Tel est le cas de "Jujube le dégourdi", publié initialement en 1936 et désormais à nouveau disponible.

Voilà une histoire qui probablement se situe à  Voussac.

 LESCOMMUNES.COM

Sur l'ensemble du site, certaines images peuvent être agrandies d'un clic et ramenées à leur taille initiale d'un clic (sur l'image agrandie)

COMCOM Montmarault